« D’apprenti à Chef de cuisine : soyez motivé et passionné », Philippe Geneletti, Chef étoilé au Michelin

Portrait

Une culture de l’excellence : dans les 50 restaurants de ses parcs, Disneyland® Paris est fier d’offrir une large gamme de services de qualité à ses visiteurs et de réelles opportunités professionnelles à ses Cast Members. Rencontre avec Philippe Geneletti, chef de cuisine du California Grill, un des restaurants gastronomiques du Resort, installé au cœur de son hôtel 5*, le Disneyland Hôtel.

 

n020210.jpg

 

Pourquoi Disneyland® Paris est-il un environnement professionnel vraiment unique ?

“ A Disneyland Paris, tous les Cast Members partagent le même objectif : faire rêver les visiteurs. Cela passe par une recherche constante de l’excellence, qui peut nous mener très loin ! J’ai démarré comme apprenti à Disneyland Paris et j’y ai acquis la rigueur nécessaire pour gérer les gros volumes. Disneyland® Paris est pour moi une formidable opportunité de concilier une vie professionnelle accomplie avec ma vie personnelle. C’est une entreprise dans laquelle il fait bon vivre, et qui permet de trouver l’équilibre.”

 

Quel est votre métier aujourd’hui ?

“ Je suis le chef de cuisine du California Grill, un des restaurants gastronomiques du Resort. Pour offrir à nos visiteurs l’excellence au quotidien, je m’appuie sur le travail de mon équipe : sans équipe on est rien !

J’essaye aussi de me surpasser chaque jour : chaque plat est unique et demande beaucoup d'énergie pour être conçu et reproduit à grande échelle. Ma journée commence vers 10 h : je vois les arrivages de marchandises et surveille la production du matin. Dès l’arrivée de mes seconds de cuisine, vers 15 h, je fais le point sur les plannings de l’équipe avec eux.”

 

Quels conseils donneriez-vous aux candidats ?

“Mon premier conseil serait d’être motivé et passionné, d’avoir un bon esprit d’équipe, et d’aimer la marque et l’univers Disney !”

 

Le plus beau souvenir que vous ayez vécu à Disneyland Paris ?

“Tout simplement d’y avoir rencontré ma femme ! »